Archives de la catégorie: Cuisine

[Cuisine] La crème de caramel au beurre salé

Attention  : ceci est une drogue dure, vous vous lancez à vos risques et périls !

Tout d’abord je tiens à signaler que vous êtes des veinards de pouvoir bénéficier de cette recette, en effet je la tiens d’une amie qui elle même a été initiée par la grand-tante de la voisine de sa sœur … qui l’avait probablement trouvée sur internet. Secundo, comme vous allez rapidement le constater, préparer un ou deux pots de crème de caramel au beurre salé est à la fois super simple, rapide (15 à 20 mn environ), très peu cher et extrêmement calorique. Bref pas la peine de venir réclamer si vous devenez obèses à cause de cette délicieusité, je suis dans la même panade figurez-vous !

Tertio : je l’ai déjà précisé lorsque j’ai mis ma première recette par ici : je ne suis pas une bonne cuisinière, je n’ai pas appris dans les Règles de l’Art. Il se trouve juste que j’ai, comme beaucoup de monde, quelques recettes que je maîtrise plutôt bien. Bref gardez à l’esprit qu’en fouillant vous trouverez d’autres recettes qui vous plairont peut être davantage, n’hésitez pas à tester d’autres mélanges et conseils donc !

Il vous faut :

  • 160 gr de sucre en poudre
  • 25 cl de crème liquide, si possible de la crème fleurette (20 cl suffisent ceci dit, j’utilise des pots de 25 car c’est comme ça que ma crème est conditionnée, et en prime ça rend le mélange un peu plus liquide ce qui me plaît bien)
  • 80 gr de beurre demi-sel

Yep, vous avez bien lu : que du light ! lire la suite »

À la soupe !

Ceci n’est pas un blog de cuisine.

Je ne suis d’ailleurs pas une bonne cuisinière bien que, comme tout le monde, j’ai dans ma poche quelques spécialités inratables. Bref je laisse avec plaisir le boulot aux fins cuisiniers et aux bons photographes qui font des merveilles avec trois fois rien. Sauf que là je suis tellement ravie d’avoir enfin maîtrisé l’art de la soupe que je me dis que mon expérience en la matière peut éventuellement aider une autre malheureuse, persuadée elle aussi d’être incapable de cuisiner des légumes qui ont du goût.

Parce que c’était bien ça mon problème : difficile de rater un gâteau au chocolat puisque dès le début on a tout gagné en mélangeant sucre, beurre et chocolat. Mais je trouvais encore plus difficile de préparer des légumes (bon, ici je ne vais pas vous montrer beaucoup de légumes verts, j’avoue, mais c’est déjà un début) qui donnent envie de se resservir jusqu’à plus faim ! Ça c’était jusqu’à ce que je troque avec ma colocataire Marie : Marie est une sorcière de la cuisine, filez lui une grande marmite, un gros bac de légume et moult condiments et les gens se traîneront à genou pour pouvoir manger à sa table. Bref je lui ai appris à raccommoder ses vêtements préférés, et à côté de ça elle m’a expliqué comment réussir ENFIN une sublime soupe de potiron. J’ai suivi son cours, puis recommencé toute seule dans mon coin et bon sang ce que c’était bon !

La recette de la mort qui tue

Pour commencer le grand secret de Marie c’est… faire au feeling, et ne surtout pas hésiter à rajouter tout ce qui nous tombe sous la main pour donner du goût. Bref il ne s’agit pas ici d’une recette à suivre à la lettre mais plutôt de quelques conseils, après à chacun de s’amuser à choisir ce qu’il a envie de mettre dans sa soupe. Voici ce que moi j’ai choisi :

  • du potiron
  • une patate douce
  • quelques gousses d’ail
  • des oignons
  • du fromage à l’ail et aux fines herbes

 

Le potiron est assez casse-pied à découper si on veut l’utiliser tel quel, j’ai donc commencé par le faire cuire au four à 210° environ avec la patate douce non pelée et mes gousses d’ail. Au bout d’une vingtaine de minutes environ il faut penser à retirer les gousses d’ail avant qu’elles ne soient cramée, il suffit alors de les presser avec la pointe d’un couteau pour récupérer la purée d’ail. On laisse la patate et le potiron cuire tranquillou jusqu’à pouvoir planter un couteau dedans sans forcer, une fois que c’est bon il suffit de les retirer du four et là, magie, les deux se pèlent les doigts dans le nez !

Mais ne mettons pas la charrue avec les bœufs : pendant que tout ça cuit préparons donc les oignons. Pas besoin de se prendre le chou à les découper avec soin, il suffit de les peler et de les hacher grossièrement. ensuite on flanque le tout dans un fait-tout avec une bonne rasade d’huile d’olive et on laisse mijoter à feu doux.

La suite ? Fastoche : on ajoute un verre d’eau, la purée d’ail ainsi que le potiron et la patate douce coupés en morceaux, et rebelote… On laisse mijoter, en rajoutant de l’eau de temps en temps si le besoin s’en fait sentir. Une fois que le tout a cuit il suffit de rajouter la moitié du fromage ail et fines herbes ainsi que ce que vous aimez. Ici j’ai mis un peu de sel, beaucoup de poivre et quelques piments. On mixe, on ajoute de l’eau jusqu’à obtenir la consistance idéale, il ne reste plus qu’à déguster !

Voici quelques idées pour de futures recettes :

  • virer la patate douce et me régaler avec une soupe pure potiron
  • des carottes
  • des légumes verts
  • des poivrons
  • des champignons
  • du lait de coco ou simplement du fromage de chèvre à la place du fromage ail et fines herbes
  • … ou encore les versions au poivre ou au piment