Archives de la catégorie: Cuisine

[Ceci n'est pas un blog de cuisine] Moelleux Choco-coco

J’aime bien les défis en cuisine, et faire plaisir…

Alors quand un copain me dit « j’ai arrêté de manger du sucre raffiné, mais les desserts me manquent » c’est aussi irrésistible qu’un morceau de Coulommiers bien fait sur du pain croustillant : il faut que je lui prépare quelque chose de bon.

Nous disions donc…. Un gâteau sans sucre raffiné, sans édulcorant (of course).

Pas d’ingrédients couteux ou casse-pieds à se procurer, pas de batteur/mixeur ou autre ustensile ne se trouvant pas dans ma cuisine, du chocolat parce que c’est toujours bien… Le cahier des charges m’a amenée à tester le Brownie à la noix de coco de Céline de Cergy. Et bein je n’ai pas été entièrement convaincue. Ce n’était pas mal hein, mais il n’y avait pas assez de dattes (qui apportent le goût sucré), trop de farine (texture pâteuse) et la cuisson trop longue au four avait desséché les bords, seul le milieu était vraiment agréable à manger. En prime ça ne ressemblait pas du tout à un brownie.

Butée comme une mule j’ai réitéré en modifiant tout cela, voici donc la nouvelle recette, celle que j’aime, qui est parfumée, sucrée juste ce qu’il faut, fondante tout en se tenant bien. Pour 5 gâteaux individuels il vous faut :

  • 10 dattes
  • 75 gr de noix de coco rappée (plus un peu de rab’ pour décorer)
  • 50 gr de farine (voire moins si vous voulez plutôt un fondant)
  • 75 gr de beurre salé (ou doux, et dans ce cas ajoutez un peu de sel)
  • 50 gr de chocolat noir
  • 3 œufs
  • 5 ramequins
  • du film alimentaire
  • une cocotte minute, Cookéo (cocotte minute électronique) ou un cuit-vapeur

Commencez par faire fondre tranquillou chocolat et beurre au bain-marie. Pendant ce temps….

Dans la recette originelle il est question de mixer les dattes après les avoir dénoyautées. Non seulement je n’ai pas de mixer mais en prime, vu la consistance de ces fruits, je me demande si cela marcherait si bien. Bref, j’utilise une planche à découper et un bon couteau pour les couper très finement. Ne faites pas comme moi dans la photo ci-dessus malheureux ! J’ai tassé tout ça pour en faire une pâte, ce qui est une fausse bonne idée car après on galère pour la mélanger avec le reste des ingrédients. Mieux vaut bien séparer les lamelles fines puis les verser en pluie dans la préparation.

Dans un grand bol battez les œufs, ajoutez le mélange de beurre et chocolat fondu, la farine en pluie, la noix de coco et les dattes. Mélangez bien et versez la préparation dans les ramequins (on peut les beurrer au préalable, mais même sans cela le gâteau se démoulera assez bien). Attention, ne remplissez pas complètement les moules, la préparation gonflera un peu à la cuisson.

Tan qu’à faire, décorez le tout avec le rab’ de noix de coco rappée.

Filmez chaque ramequin avant de placer le tout dans le panier vapeur de l’appareil de votre choix.

Tiens, c’est d’ailleurs le moment de crier au monde mon amour de la cuisson vapeur : le four donne à certains desserts un croustillant incomparable, mais quand il s’agit de moelleux et fondant l’effet est plus desséchant qu’alléchant, c’est comme ça. La vapeur en revanche permet de cuire tout en conservant la souplesse de la préparation, y compris sur les bords. Pourquoi s’en priver ?

Il se trouve que j’ai un Cookéo, qui est en réalité une bête cocotte-minute électronique (bête mais merveilleuse).SI c’est aussi votre cas mettez 150 ml d’eau dans la cuve et utilisez le mode « cuisson rapide ».

Comme mentionné plus haut, un cuit-vapeur suffit. On est parti pour 14 minutes de cuisson. Rappelons qu’il s’agit ici d’une recette de moelleux, démoulable et facile à manger avec les doigts. Si vous voulez tester la version fondant (et avez déjà mis moins de farine, disons 25 à 30 gr), visez plutôt 11 ou 12 minutes je pense.

Enlevez le film plastique, démoulez si ça vous chante (pour cela attendez que les gâteaux refroidissent), dégustez chaud, tiède ou froid.

Attention, si vous espérez un vrai moelleux au chocolat « comme avec du sucre en poudre » vous serez un peu déçus car on sent bien le goût et la consistance moelleuse des dattes. Mais en soit c’est vraiment très bon, d’ailleurs fiston en est absolument fan. À tel point que je pense désormais privilégier cette recette à la maison aussi : sans être régime (coucou les 75 gr de beurre) elle est tout de même bien plus saine que mes habituelles recettes cumulant sucre et gras.

Bon app’ !

Et si on causait boustifaille ?

Attention, toi là, qui vient ici pour voir de la couture, du tricot ou ma pomme qui fait l’andouille sur des photos…. Sorry-désolée mais tu vas être déçu.

Aujourd’hui j’ai envie de causer de truc que j’ai envie de changer dans ma vie plutôt que de ce que je fabrique. Et ce que j’ai envie de changer, c’est ma façon de manger. Étrange hein !?

À lire sur le site Vegactu, deux planches de BD dessinées par Cha, une nana talentueuse et vegan dont j’aime beaucoup le blog.

 

Ah bon, y’a quelque chose à changer dans mon alimentation ?

Commençons par le commencement : je suis une grosse viandarde. Gamine je préférais reprendre trois fois de la viande plutôt que manger du dessert. En prime je suis aussi complètement accro aux produits laitiers : pour tout vous avouer, je voue un culte aux fromages au lait cru (mon chouchou absolu étant « le Coulommiers de chez le fromager de mes parents », mais le Saint Nectaire c’est pas mal non plus), et je me suis récemment offert une yaourtière qui me permet de satisfaire mon vice du yaourt à toute heure. Bref, je bouffe de l’animal, donc appelons un chat un chat : je suis une carniste.

Est-ce que cela me pose un problème moral ? Pendant longtemps la réponse a été « absolument pas ». Et puis autour de moi les choses ont commencé à changer. Parmi mes amis, il y a de plus en plus de gens ayant des régimes alimentaires différents. lire la suite »

[Cuisine] Fondants au choco light

Adieu gras, sucre et féculents… Me voila au régime. Oui, encore.

Ahah, sauf que je ne compte pas me laisser abattre, puisque après tout avec un peu d’imagination on peut tout à fait adapter les recettes que l’on adore. Ne me remerciez pas, c’est cadeau.

L’adaptation du jour, c’est celle de mes fameux fondants au chocolat noir :

Pour cette recette à se rouler par terre de bonheur, il faut normalement 125 gr de beurre, 150 gr de sucre et 3 œuf, ainsi que 60 gr de farine et, évidement, 100 gr de chocolat noir que l’on fait fondre à la casserole avec le beurre. Vous voyez un peu le topo : chaque fondant est une délicieuse bombe calorique. Comment tricher alors ?

  • Pour commencer, on n’a pas besoin de mettre les 3 jaunes d’œufs, les 3 blancs suffisent à faire tenir les gâteaux après tout. J’en ai tout de même mis deux ici, puisque sur une fournée de 12 gâteaux je n’en mange en général que deux ou trois, mais une prochaine fois j’essaierai sans pour voir si ça change vraiment quelque chose au goût ou à la consistance (un blanc d’œuf = environ 18 kcal, contre 61 pour un jaune)
  • Je remplace désormais systématiquement le sucre par de l’Hermesetas*, un édulcorant liquide qui a vraiment le goût de sucre (ce n’est pas de l’aspartame) et surtout tient bien à la cuisson. Ici j’en ai mis une cuillère à soupe.
  • Pour finir, la compote de pomme est un excellent aliment de substitution pour le beurre. Je la choisie évidemment la moins sucrée possible. On troque ainsi 928 kcal contre… 107 !

 

Commencez par faire fondre le chocolat à la casserole à feu doux, voire carrément au bain-marie. Pendant ce temps battez les œufs puis incorporez le reste des ingrédients jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

Avant cuisson

Et c’est bon alors ?

Ma foi, ça se défend ! J’ai préchauffé mon four à 210° puis cuit les gâteaux à 180° dans des moules à cupcake en silicone pendant 11 minute. Avec la version beurre/sucre, ce temps de cuisson est nickel pour obtenir des fondants, ici j’ai plutôt récupéré des mi-cuits (next time, je baisserai à 160° et je surveillerai mieux en cours de cuisson) mais ils ont tout de même une très bonne tête. Et un super goût aussi : certes, c’est moins incroyablement délicieux que la version calorique, mais j’ai été surprise par le goût et le moelleux de mes gâteaux, et ils ont eu du succès auprès des amis.

Ouais, mais bon, ça reste du chocolat quoi, tu vas pas nous faire croire que c’est light !

Et bah si. Faisons un rapide calcul : 125 gr de beurre (928 kcal) + 3 œufs entiers (237 kcal) + 150 gr de sucre (600 kcal) + 60 gr de farine de blé (216 kcal) + 100 gr de chocolat noir 70 % de cacao (495 kcal) = 2476, divisé par 12 ça nous fait 206 kcal par gâteau. Pour la version light on tombe à 994 en tout soit 82 la pièce. Pas mal non ? Surtout qu’ils restent copieux et qu’un seul suffit largement à me faire plaisir de temps en temps.

En fait j’en suis tellement contente que je pense ne plus utiliser ma recette originale telle quelle : à l’avenir, même pour la version calorique je remplacerai la moitié du beurre par de la compote. Je trouve que ça apporte vraiment un p’tit quelque chose au niveau du goût, et le résultat sera plus digeste tout en restant délicieux.

Hum, quelle recette fétiche vais-je modifier ensuite ?….

* Je trouve de l’Hermesetas en France au rayon édulcorant de certains supermarchés. La bouteille peut sembler chère (plus de 7€ si j’ai bonne mémoire), mais 7 à 10 goutes suffisent à sucrer mon thé, et j’en mets seulement 25 dans un gros bol de fromage blanc. Bref, une bouteille me dure un bail.

[Cuisine] Faux pancakes mais vrai délice

Voila déjà un mois que je suis au régime (vous aviez demandé le service 3615 ma vie non ?).

c’est lent, un peu frustrant, et en même temps pas si désagréable de manger différemment… Et surtout c’est l’occasion de tester des recettes saines et surtout « gras et sucre free », comme ces pancakes à la banane et aux myrtilles.

Pour 4 pancakes (un petit dessert pour 2 personnes donc, ou un gros goûter pour gourmande débridée) :

  • une banane
  • un oeuf
  • 8 myrtilles (ou plus, soyons fous !)

Yep, vous avez bien lu : pas de sucre, faux sucre, gras, faux gras…. Juste des produits faciles à trouver, bons, et pas trop chers ma foi.

Attention les mirettes, vous allez limite vous sentir volés à la fin de cette recette tellement c’est fastoche : on commence par écraser la banane à la fourchette, on rajoute un œuf que l’on bat joyeusement en se dandinant sur de la bonne musique, on coupe les myrtilles en deux et on ajoute ces délicieusetés à la préparation, et c’est prêt à cuire !

Pour la cuisson vous avez le choix : sur le blog où j’ai chopé la recette la demoiselle les cuit à la poêle. J’ai testé, le résultat est extra du point de vue goût et moelleux (gros succès auprès de mes amis non-régimeux, malgré une présentation plus que douteuse), par contre bonjour la galère pour réussir de jolis pancakes qui se retournent dans la poêle sans tomber en morceaux ! Je préfère donc en général les cuire au four, ce qui donne un résultat moins moelleux et goûtu mais tout de même plaisant, et surtout une forme facile à manger puisqu’elle ne tombe pas en lambeaux.Pour se faire je préchauffe mon four à 180° (Th° 6), puis je verse ma pâte à l’aide d’une louche pour faire mes 4 pancakes et je laisse cuire tranquillou quelques minutes en surveillant.

J’aime tellement les myrtilles que je n’ai pas encore testé de variantes, mais j’ai bien l’intention de faire quelques fournées avec des pépites de chocolat noir ou encore des morceaux de poire ! J’ai aussi envie d’essayer en ajoutant une cuillère à soupe de maïzena à la pâte. Une autre idée : pour garder l’épaisseur et donc le moelleux pour la cuisson au four, je pense utiliser à l’avenir des cercles de cuisson, ainsi la pâte ne se répandra pas.

Je vous laisse sur ce chouette morceau de musique : Batlik est décidément l’un des mes auteurs/compositeurs/interprètes préférés !

Image de prévisualisation YouTube