Archives de la catégorie: Couture

Bébé marin

Aujourd’hui fiston débute une carrière de mannequin flou.

Cet ensemble n’est pas pour sa pomme (pauv’ enfant misérable à qui sa mère ne coud quasi rien) mais pour le nouveau-né d’une amie. L’expérience m’ayant prouvé qu’à la naissance on est couvert de cadeaux mais rarement au-delà de la taille « 6 mois » j’ai préféré couper l’ensemble en 74 cm…. Et à ma grande surprise ça va encore à peu près à mon grand bonhomme de 18 mois/86 cm. Mais il faut dire qu’il est très mince.

Attaquons avec la marinière à capuche, patron #3 (page 8 )du mag’ Ottobre de l’automne 2014.  Bébé a l’air particulièrement benêt quand elle est boutonnée ? (Le flou le cache, mais croyez-moi sur parole : benêt il a l’air) C’est bien pour ça que j’ai choisi ce patron ! Pas pour le plaisir de prendre des photos sur lesquelles mon fils a l’air nouille (je suis indigne mais pas à ce point) mais parce que les capuches des fringues enfants n’ont souvent qu’une utilité toute relative : ça ne tient pas en place et ne protège pas les oreilles du vent coulis. Là si. Joie !

On voit tout de même que la carrure est trop serrée pour Léozilla et que les manches commencent à être justes. Le jersey épais et peu élastique pour marinière vient de chez Vêtements marins, (attention : je l’avais en stock depuis des lustres et j’ignore si la qualité est restée la même) il est très agréable à coudre car stable, par contre laissez tomber les patrons prévoyant beaucoup d’aisance négative.

J’ai utilisé ma surjeteuse pour le montage et la recouvreuse pour les finitions mais c’est le type de jersey qui supporte très bien d’être travaillé avec le point élastique et l’aiguille double d’une machine à coudre.

Et le futal alors ? Celui-là c’est une autre histoire, mais je vous présente d’abord la bête : le jean #7 (page 6) du mag’ Ottobre de l’automne 2013. Toujours en 74 cm… Mais cette fois non seulement la longueur est toujours bonne en 86 cm mais en plus Léo nage dedans, en particulier au niveau de la taille et ce malgré la ceinture élastiquée au dos.

Pour le coup je pense que c’est de ma faute : en cousant l’élastique j’ai été trop soigneuse et l’une de mes coutures nuit à l’extensibilité du truc.

Il ne le perd pas, c’est déjà ça. Si le fils de mon amie ne marche pas tout de suite il y a de bonnes chances pour qu’il fasse du gras et le remplisse mieux, mais au cas où j’ai tout de même bricolé à l’arrière un système de boutons pression afin de le resserrer.

À part ce détail je suis ultra fan de ce jean qui a tout d’un vrai : poches, empiècement dos, coutures rabattues, braguette zippée et bouton riveté… J’ai juste fait l’impasse sur les passants (j’ai eu tort : il m’aurait suffit de coudre vite fait une ceinture pour arranger le souci d’ajustement).

Le jean stretch rouge a été pioché dans mon stock, il me reste de quoi en faire un à ma taille et surtout un autre mini pour Léo : quand je l’ai changé après les photos il était désespéré que je le lui enlève, à tel point qu’il a retiré son pantalon et essayé de remettre celui-ci. C’est la première fois qu’il montre un quelconque intérêt pour un vêtement, c’est ballot que ce soit pour un autre.

Que dire d’autre ? On ne le voit pas bien sur les photos mais le biais utilisé pour souligner les diverses poches est décoré de petites ancres marines, c’est ultra chou. Malgré la largeur du futal je suis enchantée, et le destinataire pourra le porter durant des mois (en roulant les manches et les jambes d’abord).

Ottobre propose décidément des patrons extra pour les enfants (enfin quand on aime coudre des tissus extensibles, sinon c’est la lose) et ça fait plaisir de bosser sur ce genre de mignonneries miniatures.

 

Anti-glamour

Parfois on coud pour se mettre en valeur…. d’autres fois c’est juste pour pouvoir se rouler par terre avec son gosse.

J’avais de gros doute sur l’élégance intrinsèque de la jupe à taille élastiquée avec bermuda intégré du mag’ Fashion Style #13, et bah j’avais pas tort. Mais comme prévu ça reste portable, confortable et adapté pour faire des roulades en public (tous les samedis matins on file s’éclater en famille dans un atelier de psychomotricité, ma dignité en ressort rarement indemne).

Mention spéciale pour l’unique poche zippée, c’est à ce genre de détail qu’on voit qu’un patron a été créé en se basant sur les désidérata d’une vraie personne et pas juste l’esthétique/la mode.

J’ai coupé ce patron en 42 dans une cotonnade à 5 roros le mètre de chez Gotex à Anderlecht. Elle est un peu transparente, se froisse facilement…. Mais le motif et les couleurs sont top et pour tester un modèle casse-gueule c’était parfait. En prime avec l’élastique à la taille mieux vaut quelque chose de très fin, tel quel cela créé déjà de petits bourrelets peu flatteurs.

Ma seule modification : j’ai raccourci les jambes du short. Ce n’était pas forcément une bonne idée puisqu’on remarque un peu le décalage au niveau de la fente de la jupe, mais avant modif’ l’effet bermuda était vraiment trop déprimant (ça reste ringard hein, juste un chouïa moins).

Voila, j’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner, maintenant je sais. Je doute que la chose ait des p’tites sœurs mais cette version devrait tout de même être beaucoup portée.

Vous étiez prévenus !

Bon, qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire de nouveau sur ce futal ?

C’est le même patron que la dernière fois, avec les mêmes modifications des poches et empiècements de hanches, cousu dans la même qualité de jean légèrement extensible mais dans une autre couleur… Heureusement l’ajustement change carrément la donne : alors que la version noire était un peu large au niveau de la ceinture et surtout souffrait d’un re-patronage douteux des gambettes, là j’ai tout remis à plat.

Les pièces de la ceinture ont toutes été légèrement affinées au niveau de la taille afin d’éviter que la bête ne descende sur les hanches tout en me permettant de caser les-dites hanches tranquillou (au passage, cette partie n’est pas extensible car doublée dans un tissu chaine et trame… Pour le fun j’ai utilisé les chutes du tissu monstres acheté pour Léozilla). De plus j’ai repris mon patron à plat et retracé les jambes.

Le résultat c’est un jean près du haut du corps mais pas slim, car par contraste des chevilles serrées attireraient encore plus l’attention sur mes rondeurs popotinesques et surtout sur ma vile culotte de cheval. Parce que voila, elle est là, comme je ne vais pas porter des sacs pour la cacher je compte sur la légère élasticité du tissu pour gommer un peu le gras tout en me sentant à l’aise pour bouger.

Petit détail important pour moi : j’aime mes poches profondes mais j’ai un mini téléphone. Pour le caler j’ai fait une surpiqure rectangulaire assemblant le fond de poche et l’empiècement de hanche, ce qui a créé pile l’espace nécessaire pour glisser la bestiole sur le côté de la poche droite tout en pouvant continuer à glisser ma main en entier juste à côté. C’est plus clair en photo :

Ok, cela fait un petit pli quand le téléphone est dedans, mais je préférais ça au surplus d’épaisseur au niveau des coutures qu’aurait causé l’ajout d’une vraie mini-poche.

Comme on m’a posé la question et que c’est utile pour se faire une idée du rendu d’un patron : je mesure 1m71 pour (hélas) 75 kgs actuellement. Chez Bubu je fais un 42/44, chez Deer&Doe ça monte jusqu’au 46. Comme ce patron Bella est un Bubu MAIS américain (chopé sur le site Burdastyle) j’ai coupé la taille 42.

Je précise que décidément je ne suis pas convaincue par les top cropped sur moi. J’en porte un ici pour montrer ce que donne la ceinture (et parce que j’adore ce pull, merci encore Mimolette !) mais en réalité je ne m’habille presque jamais ainsi. J’aime mes pantalons à tailles très hautes sans pour autant avoir envie de montrer ma taille. Dommage, j’aime bien ce look chez les autres.

Promis, cette fois je vais ranger ce patron pour un moment.


Bella sobre

Un jour je me lasserai de ce patron, un jour…

En attendant je me retrouve en rade de futal à ma taille qui soient aussi sobres, faciles à assortir et très confortables. Hop, ni une ni deux j’ai profité d’une commande groupée dans une boutique en ligne pour choper 9 mètres de jeans extensible au prix de gros. Durant les mois à venir vous allez donc voir passer par ici des jeans noirs, bleus foncés, clairs…..


Acheter du tissu en ligne c’est toujours risqué, là je suis contente mais sans plus : vu le prix (43€ pour 9 mètres) il ne fallait pas espérer de miracle. Ce jean est trop léger à mon goût, ça lui donne un tombé mollasson sur les longueurs des jambes. Problème amplifié par le fait que j’ai modifié l’ajustement des jambes un peu au pifomètre. Résultat : des cuisses trop larges par rapport au bas, dommage.

Mais point de lamentations, causons des points positifs : comme d’hab’ ce patron Bella de Burdastyle met joliment en valeur ma chute de reins et monte suffisamment haut pour que je puisse me rouler par terre avec le mini sans outrager la pudeur de qui que ce soit.

J’ai modifié les parements de hanches et fonds de poches avant (souvenez-vous de l’échec cuisant de la dernière fois) et ajusté la ceinture afin de suivre ma cambrure très prononcée. Rien de bien compliqué mais cela fait une énorme différence.

Si je m’étais laissée aller à mes penchants naturels les surpiqures auraient été rouge vif, avec une broderie fantaisie sur les poches décorant mon auguste popotin. La prochaine fois je serai moins sage….

Boudiou, ça fait du bien de coudre à nouveau égoïstement pour ma pomme !