Archives de la catégorie: bricolage

Or-ga-ni-sons !

Contrairement aux apparences, je n’ai pas chômé ces derniers temps.

J’ai un châle, un pantalon et même une peinture à vous montrer, mais encore faudrait-il que je trouve le temps d’immortaliser tout ça. En attendant voici deux trucs qui n’ont l’air de rien mais qui améliorent bien le quotidien.

 

Attention les yeux, on attaque avec de la couture de haut niveau : des sacs de courses.

Plus précisément des sacs pour fruits et légumes avec fermeture élastiquée, histoire de remplacer ceux en plastique transparent des supermarchés ou ceux en craft du marché.

Afin de passer en caisse sans avoir à tout déballer, il fallait un tissu transparent mais tout de même solide. Grâce au magasin suédois j’ai chopé un mètre de filet à pois 100% polyester pour 99 centimes. C’est parfait : ce tissu est bien costaud, passe en machine et ne s’effiloche pas donc nul besoin de le surfiler.

Dans un mètre j’ai coupé 6 sacs identiques, puis cousu des coulisses et passé dedans des élastiques de différentes longueurs : deux s’ouvrent en entier afin d’y glisser salades, choux et potirons, deux autres ont une ouverture moyenne pour les pommes, les citrons etc. Les deux derniers ont une mini ouverture afin de pouvoir y glisser carottes, courgettes, concombres… Bref, tout ce qui est fin et tomberait des autres sacs.

Je préfère cette solution aux liens à nouer, c’est plus rapide à utiliser et tout aussi efficace au final. Afin de reconnaître les sacs au premier coup d’œil, j’ai juste ajouté un bout de biais de couleur (rouge pour les grands, violet pour les moyens et bleu pour les petits).

Les couleurs de la photo ci-dessus ne vont pas du tout : le biais est violet, pas bleu. C’est donc une ouverture « moyenne ».

Si c’était à refaire…. Je coudrai deux petits sacs à fermetures fines à la place de l’un des grands, en effet on consomme bien plus de carottes, concombres et courgettes que de choux.

 

Toujours avec l’idée de mieux consommer, mais aussi parce que c’était un sacré boxon à la maison, j’ai rangé mon tissu. Aïe.

Je dis « aïe » car, comme prévu, je me suis pris en pleine face la dure réalité : j’ai trop de tissu. Beaucoup, beaucoup trop. D’un côté tant mieux hein, c’est un peu comme si je vivais dans mon magasin préféré et j’ai de quoi m’amuser habiller toute ma famille pour les prochaines années. Mais il faut bien reconnaître que j’ai un chouïa abusé.

Bref, voici l’astuce du jour (piquée à Mimolette) : aller au magasin de bricolage le plus proche et faire couper des planches de mdf au format de mon placard moins un voire deux centimètres en hauteur puis enrouler proprement chaque coupon dessus. Il y a 84 planches + une dizaine de coupons en plus et de mini-coupons/grosses chutes rangés dans deux boites. Je me suis fixé de ne rien acheter tant qu’une planche n’a pas été « libérée », puis à l’avenir de m’en tenir à 84 coupons maximum.

Outre l’avantage (douloureux) de la prise de conscience, voir ainsi mes tissus rangé me fait un bien fou : je m’y retrouve enfin et surtout je me rappelle pour quels projets j’avais acheté tel tissu et l’envie de coudre me revient tel un boomerang.

Je file à la recherche du chargeur de mon appareil photo…. Prions le Grand Gastéropode Céleste pour que je le retrouve, sans ça point de photos de mon merveilleux nouveau pantalon.

 

Me and Mrs Jones

Madame Jones mère bricole elle aussi…

Mais son truc ce serait plutôt la terre, alors voila pour une fois un projet réalisé par mon adorable mater : pour noël je lui avais demandé un « bol à laine », et je suis ravie du résultat.

Maisquequoiqu’est-cedoncquecetruc ? Quand on tricote, l’idéal est d’avoir un récipient dans lequel placer la pelote, et que je préfère poser directement par terre. Ainsi elle reste coincée, le crochet par lequel on fait passer le fil ajoute un point de tension (voire plusieurs si on prévois plus de détours pour le fil), et, cadeau bonus, la laine reste propre. Jusqu’à présent j’utilisais mon sac à tricot, mais désormais cette jolie chose trône en bonne place dans mon atelier.

L’idée vous botte ? Voici une petite sélection de knitting bowl sympatoches. Et en vadrouille, MaGau m’a montré un truc malin : une boite type tupperware dans laquelle elle a découpé une ouverture pour laisser passer le fil.

Southern Highland craft guild, TheMudPlace, TwistedTimber, MadeOfClay, JustMare. Et last but not least (hélas je ne trouve pas le nom du créateur) : le bol crados

Alors, ça vous donne des idées ?

Fables #1

On le saura : j’aime bien le GN !

J’en joue, j’en organise, et il y a un moment de cela j’ai même pris ma plus belle plume pour en écrire un qui se passe dans le monde de l’excellente bd Fables. En quoi ça consiste-t-y donc vous demandez-vous ? Fastoche : on décide de la trame générale de l’histoire puis on écrit des fiches de personnages qui sont ensuite envoyées au joueurs qui devront interpréter ces mêmes perso. Ensuite ça se situe en gros entre le Cluedo et le théâtre d’improvisation, mais sans spectateurs. Si tout ça vous intéresse j’en ai déjà causé par ici.

Je vais la faire courte parce que si vous ne connaissez pas le GN (jeu de rôle grandeur nature) bah ça va vous ennuyer, et si vous connaissez le truc bah c’est pas trop la peine d’en raconter le B.A.BA. Revenons donc au point important : j’ai repris mon scénario (déjà joué il y a 3 ans par ma bande de potes français qui me mannnnquent !), envoyé des fiches aux copains belges et assimilés volontaires, passé une semaine à coudre et bricoler et la veille du jeu une journée à cuisiner un chouette buffet avec ‘laide de quelques amis précieux et efficaces. On peut dire que ça m’a occupée, mais ça valait le coup ! Mes joueurs/potes m’ont offert un chouette cadeau : voir mes personnages prendre vive et suivre les intrigues que je leur avais concoctées. Intrigues qui impliquaient entre autres la réalisation d’épées en mousse adaptée au GN.

J’ai donc chopé de la fibre de verre, de la mousse de tapis de sol (de l’evazote quoi) et du plastazote, un autre type de mousse facile à coller et sculpter. Hop, une fiche technique publiée sur Trollcalibur pour expliquer comment c’est-y qu’on fait une épée et en quelques heures de boulot j’avais mes trois armes ainsi que des couteaux de lancer (ceux-là bien plus simples à fabriquer car sans armature). Les gravures ont été réalisées à l’aide d’un bête fer à souder et pour la peinture j’ai utilisé un truc chelou destiné à étanchéifier les toitures ainsi que de la peinture métallisée en bombe et de l’acrylique marron et noire. Pourquoi faire des armes en mousse ? Parce que le but est de pouvoir se battre sans aucun risque de se blesser, et croyez-moi on s’est bien amusés à se taper dessus sans retenue !

Si je n’avais eu que ça à fabriquer ça aurait été trop beau, il a aussi fallu coudre dans l’urgence deux romantiques manteaux à capuches et longues manches quasi elfiques. Le premier est trop petit pour moi aussi ne vais-je vous en montrer qu’un, celui à ma taille quoi, réalisé en me basant sur un patron de gilet larrrrgement modifié. J’avais 3 heures devant moi en tout pour coudre les deux, donc niveau réalisation c’est propre mais simple. Rien de spectaculaire mais ça rendait plutôt bien sur le coup.

À suivre : ma tenue complète de Mulan (j’ai cousu un pantalon bouffant et un baudrier pour accompagner la tunique déjà montrée). J’ai hâte de récupérer les photos prises juste avant le jeu tiens …

Galerie photo 2013

Voici une nouvelle galerie photo pour la nouvelle année,

parce que la précédente commençait vraiment à déborder. Celle-ci se remplira au fur et à mesure de mes réalisations, il suffit de cliquer sur une photo pour atterrir comme par magie sur l’article qui lui est consacré. Pratique non ?

Edit : voici les liens vers les années suivantes

 

Couture

 

Tricot

 

Bricolages

 

BD/Illustration