Archives de l'auteur: saki

Chansonnière !

J’ai commencé à commettre des chansons.

Tout a commencé par une tendinite au coude m’empêchant de tricoter (malédiction !), un week-end entre amis avec des ukulélés, et la constatation que je pouvais toujours jouer mais aussi composer, écrire, chanter… À condition de bosser pour progresser.

Quelques mois plus tard, j’ai même appris à utiliser Audacity, un chouette logiciel de montage, ainsi que le micro Zoom H5 prêté par ma pote Véra (merci encore !).

Vais-je continuer ? On verra, j’ai repris en main mes aiguilles bien-aimées et en ce moment c’est plutôt la fièvre du dessin qui m’habite. Mais je suis contente d’avoir une nouvelle corde à mon arc.

Voici donc le lien vers cette chanson qui (spoiler alert) cause de non-monogamie. Yep, c’est autobiographique. Je ne cherche pas à faire de prosélytisme (chacun son truc, ce qui me plaît ne conviendrait pas à d’autres), mais n’hésitez pas à poser des questions si cela vous intrigue.

Tu es pris(e) d’une folle envie de chantonner en cœur, voire de dégainer ton instrument de musique ? Voici les accords et paroles.

Am C
Ca n’a pas besoin d‘être si difficile
G. Am
On n’a pas besoin d’être tout l’un pour l’autre crois moi
C
Relâchons la pression, je ne veux pas être
G Am
la seule autorisée à tenir à toi

Couplet 1 :
C E7 Am Am
Mon but n’est pas de te vendre du rêve,
C G Am Am
Juste de proposer une autre façon de faire
Am. G
C’est pas dit que ça nous convienne
C E7. E7
Mais essayons, ça vaut la peine.
C E7 Am Am
Allez viens, on laisse tomber les drames,
C G Am. Am
Les rebondissements, les larmes..
Am. G. C. E7
j’ai pas envie de te faire de scène juste parce que tu es heureux,
C G Dm Am
pas envie que l’un d’nous saigne à cause de vœux pieux.

Couplet 2 :
Imagine un premier baiser
C’est merveilleux d’en avoir la gorge nouée…
Me voir un grand sourire aux lèvres
Peut être que ça pourrait te plaire.
Après tout qu’est-ce que ça nous enlève
Ça ne veut pas dire que notre histoire s’achève
Le cœur n’est pas une tarte aux pommes, pas besoin d’en être économe
Arrêtons d’compter les parts, ne soyons pas avares.

Couplet 3 :
Promis on n’va pas s’ennuyer
On a un couple à réinventer !
Faudra faire des ajustements
Y’aura des passages cahotants.
Je serai là pour tes chagrins d’amour
On pourra se parler sans détours.
Qu’importe ce que tu as à dire
Tant que tu le fais sans mentir
Que m’importe qui tu vois tant que tu tiens à moi.

Chouette jupette

Ce tissu est de loin le plus fragile que j’aie cousu.

C’est ballot quand comme moi on a la délicatesse d’un orang-outan dans un magasin de porcelaine.

Mais qu’à cela ne tienne, on ne va pas bouder son plaisir quand on tombe sur un mélange soie et coton si doux. J’avais utilisé la majeur partie du coupon pour une robe il y a des années, il était temps de faire un sort à la grosse chute restante. D’où le choix d’une mini mini jupe assez simple.

Ce patron Bubu (118 05/2012) est un p’tit bijou qu’il me faudra juste modifier un chouïa avant la prochaine version. En effet les côtés de la ceinture ont besoin d’être arrondis pour mieux suivre mes formes.

À part ça rien à dire, si ce n’est que j’ai préféré placer une fermeture à glissière invisible sur le côté plutôt que faire une braguette, et qu’avec un bon entoilage ce modèle, à priori destiné à des tissus ayant plus de tenue, fonctionne trrrrès bien avec un tissu très fluide.

Cela fait des mois que j’ai un pantalon de pirate à vous montrer… Il ne me manque que les photos, see you soon (j’espère).

Envol

Il y a un fameux bail de cela, j’ai commencé à me coudre des p’tites culottes.

Pour commencer, des moches dont j’étais incroyable fière. Puis des rigolotes, des confortables, des mignonnes, des colorées… Point de sexy par contre, zéro kinky. Mais ça c’était avant.

Heureusement, la créatrice de la marque de patrons Étoffe Malicieuse a répondu à mes rêves de lingerie faite-maison aussi ludique que féminine, ce grâce à un twist scénaristique au niveau de la partie charnue de mon anatomie, sans que je me sente vulgaire dedans pour autant. En prime cette jolie culotte Envol est aussi confortable qu’un nuage dans lequel mon glorieux fessier serait allé se poser.

Normalement le patron est prévu pour du tissu au format… bein tissu quoi. Genre 140 de large et on coupe ce dont on a besoin en longueur ma brave dame. Mais je désespère de trouver de la dentelle bi-extensible qui me plaise vraiment sous cette forme, celles abordables me semblent toujours trop cheap. C’est pourquoi j’ai utilisé un très large ruban de cette adorable dentelle (extensible, oui oui !); ruban dégotté à vil prix chez Tissus Passion à Saint Gilles : 2 roros le mètre, ça vaaaaaaa quoi. Il n’était toutefois pas assez large pour y couper tout le dos de la culotte, j’ai donc été sage et utilisé pour le reste un simple jersey de coton blanc.

Comme je voulais conserver au maximum la bordure de ma dentelle il n’y a point d’élastique à la taille. Scoop : c’est encore plus confortable et ma bordure tient pourtant bien en place, je recommencerai tiens. Pour ce faire je n’ai pas tout à fait suivi le patron pour la découpe de ces pièces spécifiques, autre scoop : la forme me plaît mieux ainsi (même si elle diffère peu). À refaire vous-dis-je ! (Cela tombe bien, j’en ai déjà deux autres versions découpées qui n’attendent que de passer sous le pied de presseur).

Et pour ceux et celles qui se poseraient la question : bien sûr qu’on peut se coudre ce genre de chose avec une machine à coudre tout simple. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait car mon atelier est surchauffé ces temps-ci, je couds donc le soir dans mon salon en descendant juste ma MAC. Aiguille spécial jersey, point extensible pour les coutures d’assemblage, zig-zag pour les surpiqures (à moins que vous n’ayiez une aiguille double sous la main) et roulez jeunesse !

À bientôt pour une avalanche de ces p’tites choses indispensablo-futiles.

Wedding Wars épisode 2 : la revanche des robes clones

Attention : avalanche de photos !

Toute la familia était de mariage en juin (mais ça vous le saviez déjà). Civil le vendredi, religieux le samedi et brunch le dimanche. Comme je manquais de temps j’ai décidé de me faire trois fois la même robe mais dans des tissus et longueurs variés. En prime cela me donnait l’occasion de tester mon patron sur la robe Dimanche et de faire les modif’ qui vont bien pour Vendredi et Samedi. (Et de me coudre plein de robes d’été à ma taille.)

lire la suite »