Regina or not Regina ?

J’avoue, je suis dubitative …

Dès que j’ai vu ce modèle gratos de Carina Spencer je suis tombée sous le charme : original, amusant, joli, que demander de plus ? E pourtant après deux réalisations je dois bien reconnaître que je ne suis pas convaincue.

Le modèle vert est ma foi bien doux et moelleux : 60% alpaga et 40 % laine, j’ai utilisé un peu plus d’une pelote de 50 gr de la qualité Lucca de chez Dolce Lana, une laine agréable mais un poil trop poilue à mon goût. Le bicolore est pour une amie, le bandeau est tricoté dans un somptueux mélange mohair et laine de chez Anny Blatt (vieux vieux stock maternel) et la grise est d’origine indéterminée, trouvée dans les affaires de la grand-tante de mon copain, probablement un mélange acrylique et laine.

J’ai tout de même vraiment aimé le tricoter car il est à la fois malin, amusant et inratable. On commence par tricoter le bandeau (en attaquant par la boucle en i-cord) avant de relever les mailles et faire le bonnet. Il a un p’tit côté slouchy plutôt sympatoche, bref je ne pige pas pourquoi je le trouve ravissant sur les autres et bof bof sur ma tête. Bon, j’avoue, peut être que je trouve ma version unie assez ennuyeuse, et que le mohair de la version colorée manque de définition pour un tel modèle. P’t'être bien que ce serait ma faute quoi, mais j’ai la flemme de tenter une troisième version pour en avoir le cœur net.

6 Commentaires

  • 1
    5 janvier 2013 - 17 h 06 min | Permalien

    Ah c’est dommage ! Le modèle est effectivement magnifique, mais je crois que tu as raison, les laines que tu as utilisées sont peut être un peu trop « mousseuses ». En regardant sur ravelry, les projets faits en madelinetosh vintage ou DK ont en effet l’air de mettre mieux le modèle en valeur. Ca vaudrait le coup de tenter une troisième version avec une laine différente plutôt que de rester sur un résultat qui ne te plait pas !
    Ceci dit je trouve que le vert est vraiment très joli, même si le résultat est différent.

    • 2
      saki
      6 janvier 2013 - 15 h 02 min | Permalien

      Merci Mamie. Allez, je vais faire un troisième tour dans mes stocks pour voir si je trouve des pelotes qui conviendraient davantage, on ne sait jamais (mais d’abord je finis mon gilet en cours !).

  • 3
    6 janvier 2013 - 20 h 36 min | Permalien

    Je le verrais bien porté davantage en avant, sans cheveux qui dépassent sur le front mais uniquement vers les oreilles, pour le porter un peu version année trente, comme sur un petit carré… Il est peut-être un tout petit peu trop court, non? Moi j’aime bien les bonnets qui me couvrent vraiment les oreilles…

  • 4
    France Parijs (alias)
    6 janvier 2013 - 21 h 19 min | Permalien

    Je suis d’accord avec Mamie, peut-être en changeant la laine, cela mettrait en valeur le modèle. Effectivement, si on regarde le modèle chez Carina Spencer, on dirait que sa laine est plus « cotonneuse », si j’ose dire… Mais ne te décourage pas, il n’y a pas de ratages en couture ou en tricot, mais différentes tentatives de design, soit une tentative amateuriste de traduction pour « there is no such thing as screw-ups in sewing. There are only design opportunities. » ;-)

  • 5
    6 janvier 2013 - 22 h 07 min | Permalien

    je sais pourquoi tu trouves que ça va pas : tu n’es ni blonde ni aux longs cheveux de sirène (cf le modèle qui présente le bonnet), CQFD ! et pour ma part, même le modèle original me laisse dubitative … un gros gros potentiel bonnet de mémé, je trouve … et du coup, les couleurs choisies (turquoise et vert) même si elles peuvent faire parfaitement « jeunes » dans certains contextes, me semblent accentuer le phénomène … m’enfin, de toutes façons je ne suis pas une pro du bonnet, donc ce que vaut mon avis … !

  • 6
    saki
    7 janvier 2013 - 16 h 27 min | Permalien

    Mathilde, merci pour ces conseils, je m’en vais tester ça, voire le refaire plus long.

    France, je note cette précieuse citation, merci !

    Papelhilo, j’aime beaucoup la formulation « bonnet de mémé », c’est vrai que c’est un modèle un chouïa casse-gueule à la base.