Pure laine

Je causais hier du troc avec Eolune qui m’a valu un fort joli Abyssal vert,

après cela j’ai craqué et je me suis mise à tricoter à mon tour, avec une préférence pour les châles, j’en ai donc réalisé une série en guise de cadeaux de Noël pour les demoiselles de mon entourage… Et un dernier pour moi, je l’avoue.

Je n’ai pas pensé à prendre en photo tous ceux réalisés mais voici mes deux préférés, en commençant par un modèle personnel créé à partir de deux points de dentelle trouvés dans ce livre. J’ai utilisé un écheveau et demi de Cascade 220 d’une belle couleur rouille, quant aux explications, dès que j’aurais pris le temps de les écrire elles seront mises à disposition sur le site Thread and Needles. Il ne me reste plus qu’à lui trouver un nom…

Le suivant est un Herbivore, ce superbe modèle créé par Steven West est disponible sur Ravelry et c’est un vrai régal à tricoter : un mélange de jersey et de côtes torses à la forme parfaite à mon sens puisqu’il se porte aussi bien en châle qu’en foulard. Pour celui-ci j’ai craqué, je me suis offert un écheveau de la somptueuse Malabrigo sock, pure baby mérinos, coloris Turner. C’est une laine particulièrement douce aux couleurs incroyables. Bref ce châle est un vrai doudou, je ne me lasse pas de le toucher. J’aime tellement ce modèle que j’ai déjà prévu d’en réaliser une version pour l’été, cett fois dans un chouette mélange de coton et bambou, probablement couleur piment.

J’ai complété ma panoplie anti-froid avec un béret slouchy à souhait, une version un peu modifiée du Bellota tricotée en double avec un mélange laine et alpaga de chez Drops. Il couvre impeccablement mes oreilles et a un petit côté « bonnet rasta » qui me botte.

Et pour finir mes indispensables mitaines longues, indispensables car elles font de parfaits chauffe-pouls, me protégeant des sales courants d’air qui ont tendance à s’infiltrer par le bas des manches. J’ai utilisé les instructions d’un kit trouvé chez I love tricot par contre je me suis débarrassée aussi sec de la laine fournie avec : étant débutante je n’avais pas réalisé à quel point un fil pure acrylique pouvait être désagréable à travailler et donc probablement à porter, bref, après quelques rangs j’ai préféré changer pour une laine Anny Blatt 100% mérinos. C’est officiel : je suis une snob en matière de tricot, je ne travaille et ne porte que des fils de bonne qualité, et donc forcément plus chers que les laines mélangées. Ceci dit mes copines de tricot sont en train de me convaincre d’essayer certains fils Phildar, en particulier la qualité Partner… A voir donc.

C’est un modèle assez simple, des côtes 3/3, pas de pouce, bref pour l’assemblage il n’y a qu’à coudre des bords en laissant la place pour le pouce. Fastoche !

Au final, même si les fils utilisés sont parfois un peu chers ça vaut à mon sens largement le coup de s’y mettre : j’ai traversé l’hiver sans avoir froid, ce qui est une nouveauté pour la grosse frileuse que je suis, et en prime chaque jour c’était un vrai plaisir de porter ces accessoires en ayant en prime la certitude de ne pas les voir sur d’autres dans le métro. Décidément, merci à ma mère, à Eolune, à mes tricopines et aux membres de Thread and needles de m’avoir donné envie de tricoter !

6 Commentaires

  • 1
    24 mars 2011 - 8 h 34 min | Permalien

    rah ! magnifique tes châles…
    J’attends avec impatience ton tuto pour le « châle qui s’appelait personne » !!!

  • 2
    saki
    24 mars 2011 - 10 h 59 min | Permalien

    Il va falloir que je m’y mette sérieusement alors.

  • 3
    26 mars 2011 - 8 h 13 min | Permalien

    J’admire ta façon d’improviser des trucs alors que tu tricotes depuis peu ! Chapeau bas !

    Et franchement, vu le temps qu’on passe à tricoter un truc, on peut se permettre de la belle matière non ? ;) comme toi c’est uniquement matières naturelles (j’attends une grosse commande là, de quoi finir mon Laminaria et tricoter 2 gilets ^^) !