Hugo aime le bordeaux

Certes, je vous le concède : le poncho n’est pas l’accessoire le plus frime du moment.

Il n’a point l’élégance de la veste ajustée, la praticité du pull bien pensé ou encore la sexitude du t-shirt moulant cousu dans un jersey de soie hors de prix de la couleur Pantone du moment…. Mais quand on est à la recherche de l’équivalent portable en public d’une couverture bien chaude on peut difficilement trouver mieux.

Précisons-le tout de suite : je ne le porte pas comme il faudrait. En effet ce modèle, qui se tricote de haut en bas, est construit en répartissant les augmentations autour des torsades. D’abord 4 au niveau des épaules puis 2 pour le reste du corps. Ces deux longues torsades sont censées être placées au milieu du devant et du dos alors que je les porte ici sur les côtés.

Pourquoi ce crime anti mode ? Parce qu’ainsi les surplus drapés sont placés sur les côtés et évitent les plis pas du tout amincissants sur le bide, et surtout parce que la longueur couvre bien mieux les bras, y compris quand on tape à l’ordinateur. Mais sa destinataire, ma pote Astrid, sera évidemment libre de le porter comme bon lui semble sans que la police du tricot ne débarque chez elle pour lui demander des comptes.

Que dire d’autre ? Qu’il s’agit du patron gratos Hugo, créé par Gosia Grajdek et disponible sur Ravelry en anglais, danois, polonais et italien. Aiguilles circulaires 5 mm (il est tricoté d’une seule pièce), un peu moins de 7 pelotes du fil Air de Drops, dont j’ai déjà causé en bien ici et .

Comme ce fil un peu poilu ne se prête pas bien aux torsades je n’ai pas réalisé celles censées décorer le bas. À la place j’ai rallongé au maximum la bête (le modèle original est beaucoup plus court) et fini par 5 rangs de points mousse pour éviter tout roulottement intempestif.

Au passage, en arrière plan vous pouvez admirer le détail déco qui me met en joie en ce moment : j’ai piqué sur Pinterest l’idée d’imprimer des photos au format carré avec un cadre façon polaroid puis de les fixer au mur bien alignées. Le résultat est très sympa, l’avantage étant qu’on peut en faire tirer davantage et changer les photos dont on se lasse, les déplacer etc. Pas de trous dans le mur, pas de cadres à manipuler… Yeah !

Oui, je me suis ennuyée comme un rat mort en tricotant tout ce jersey, mais ne dit-on point qu’à tricoter sans péril on triomphe sans gloire ? Et le résultat est tellement doudou que ça valait le coup.


8 Commentaires

  • 1
    4 février 2017 - 12 h 45 min | Permalien

    Très sympa ce poncho, j’aime beaucoup la couleur !
    Et ton mur de faux-polas !

    • 2
      saki
      8 février 2017 - 23 h 02 min | Permalien

      Merci Théa !

  • 3
    6 février 2017 - 9 h 18 min | Permalien

    On s’en fiche que ça soit pas glamour, le poncho c’est la vie quand il fait froid! Et la couleur de celui-ci est juste splendide!
    Bises

    • 4
      saki
      8 février 2017 - 23 h 02 min | Permalien

      Merci, je ne me lasse pas de ce fil dans cette couleur…. Va pourtant falloir passer à autre chose.

  • 5
    6 février 2017 - 10 h 24 min | Permalien

    Classe le poncho ! /* & d’une belle longueur ! */
    & j’adore le mur photo, ça rend bien et ça permet de changer la déco facilement !

    • 6
      saki
      8 février 2017 - 23 h 02 min | Permalien

      Merci Cyqlaf.

  • 7
    7 février 2017 - 8 h 39 min | Permalien

    Et voilà tout l’intérêt de faire un poncho sans capuche (dixit celle qui a froid aux bras en tapant à l’ordinateur)

    • 8
      saki
      8 février 2017 - 23 h 03 min | Permalien

      Cloc, j’suis bien d’accord !