Les chaussettes de ski #2 : pas si mal

Cela se voit que ces chaussettes ne sont pas du tout à ma taille ?

Je chausse du 37 1/2 et me v’la en train de vous présenter du 43 fillette faute de pieds adéquats sous la main. Qu’importe, l’important ici n’est pas tant le résultat que les choix techniques (il va falloir que leur nouveau proprio les porte pour skier pour savoir ce que ça donne vraiment).

Pour ma version test j’avais été plutôt convaincue par la technique des Fish lips kiss heel de Sox Therapist, en grande partie parce qu’elle présente l’avantage non-négligeable de ne pas avoir à faire un striptease panardesque pour vérifier l’avancer du boulot. Las, cette fois je suis toute dubitativée faute de les avoir vues portées par Wonder-Beau-Frère : le talon me semble trop pointu, le pied trop serré, enfin en ce qui concerne ce dernier point sur moi c’est parfait mais même s’il est du genre fin il y a des chances pour qu’il ait le pied plus large que moi…. C’est peu de dire que j’ai hâte qu’il les essaie.

En revanche le point choisi me ravi, même si ce tricot m’a semblé long comme un jour sans pain et à peu près aussi passionnant qu’une chanson de Justin Bieber. En effet je voulais quelque chose de fin mais avec une épaisseur confortable offrant en prime une bonne résistance à la friction. C’est Iseult qui m’a offert la solution sur un plateau via le forum de T&N : le twined knitting c’est topissime morbleu !

Il s’agit de tricoter n’importe quel point -jersey, mousse, côtes etc- mais en utilisant deux fils en simultané (mais pas tricoté ensemble !), l’un pour les mailles paires et l’autre pour les impaires. Le fil non utilisé est passé sur l’arrière du travail ce qui donne une double épaisseur sans que l’aspect extérieur ne s’en ressente, mis à part le fait qu’il y a davantage de tension ce qui resserre la maille.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la vidéo ci-dessus (dans laquelle je prononce « twisted » telle la reine des nouilles, mais c’est la plaie de se filmer seule en train de tricoter donc vous devrez vous en contenter) je montre comment je m’y suis prise pour tricoter deux fils à la fois tout en conservant une vitesse correcte. Le tricot « continental » a ma préférence mais j’ai appris à tricoter « à la portugaise » lors de mes problèmes de tendinite, ça m’a bien rendu service pour l’occasion ! Si vous voulez essayer je vous conseille de tricoter d’abord un projet à la portugaise avant d’essayer de mixer les deux techniques.

Important : j’ai oublié de le préciser dans cette vidéo mais pour avoir un beau rendu il est essentiel de toujours tricoter les mailles paires avec le même fil, idem pour les impaires et le second fil. Sans quoi vous n’aurez pas ce bel effet « côtes » que l’on voit sur les pieds.

Tout allait bien tant que je tricotais en jersey endroit, et bam, dérapage dans les gravillons : j’ai bêtement décidé de passer très rapidement en côtes 1/1 au dessus de la cheville, ce afin de gagner en élasticité au niveau des mollets. Ce qui est couillon puisque après vérification les deux points ont quasiment la même élasticité alors que les côtes sont très moyennement esthétiques (surtout au niveau des augmentations) et nettement plus casse-pieds à tricoter. En effet en « continental » le point le moins agréable est l’envers et « à la portugaise » c’est l’endroit… et malheureusement pour avoir un bon résultat j’ai du bosser ainsi, au lieu de me la couler douce en bossant endroit en « continental » et envers  « à la portugaise ». C’est ballot.

La bande du haut en côtes 1/1 bicolores est en revanche très jolie, manque de bol cela roulotte, j’ignore si c’est à cause de la technique de rabattage choisie pour son élasticité, ze famous Jeny’s surprinsingly stretchy bind off. Pourtant jusqu’à présent celle-ci ne m’avait encore jamais fait défaut…

Le choix du fil aussi avait son importance : celui-ci devait être chaud, respirant, doux, assez fin, passer en machine et être disponible dans un bel orange. Rien que ça. C’est encore une fois chez Drops que j’ai trouvé mon bonheur avec la qualité Baby Merino. 3 pelotes d’orange (uni 36) et quelques grammes de bleu électrique (uni 33) y sont passés, le tout bossé en circulaire avec mes toutes nouvelles aiguilles circulaires 3mm HiyaHiya qui sont pour l’instant aussi agréable qu’on me l’avait promis, vive le câble qui tourne !

Vivement mars qu’elles aient droit à leur baptême de la poudreuse ! Je mettrai à jour cet article, croisons les doigts pour que ce ne soit pas une cuisante défaite.

 

15 Commentaires

  • 1
    12 janvier 2017 - 14 h 09 min | Permalien

    Elles sont géniales ces méthodes! Je ne connaissais ni la twined, ni la portugaise.. enchantée, mesdames :)

    Merci pour le partage

    • 2
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 11 min | Permalien

      De rien 2doigtsdidée !

  • 3
    Marie
    12 janvier 2017 - 17 h 07 min | Permalien

    Doigts croisés pour le crash-test neigeux, elles en valent la peine :-)

    • 4
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 12 min | Permalien

      Merci Marie !

  • 5
    12 janvier 2017 - 18 h 10 min | Permalien

    Classe les chaussettes ! & on entreaperçoit un pull à rayures sympa !!!
    Sinon, je ne savais pas qu’on pouvait tricoter « à la portugaise », je vais déjà essayer à la continentale et après, on verra !

    • 6
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 13 min | Permalien

      Merci Cyqlaf. En fait le pull a été tricoté dans le même fil, avec les mêmes bleus et orange (pas visible), mais c’est pas un heureux hasard qu »il est sur la vidéo.

  • 7
    Perline
    12 janvier 2017 - 22 h 05 min | Permalien

    Ma belle mère tricote à la portugaise, il faudra que j’essaie un jour !

    Tu nous montre tes chaussettes, juste au moment où je termine celles qu’on m’avait commandées ! Mais les miennes sont très différentes : il fallait qu’elles montent jusqu’au genou, et le destinataire est coureur + cycliste, imagine les mollets ! J’ai utilisé comme toi le patron de SoxTherapist pour le pied/talon, puis j’ai fais des côtes 5/2 avec des augmentations régulières, et un petit ourlet tout en haut dans lequel j’ai glissé un élastique à culotte pour que la chaussette ne glisse pas. Je note la technique avec les deux fils pour une prochaine paire, elles ont l’air très confortables !

    • 8
      Perline
      14 janvier 2017 - 16 h 24 min | Permalien

      Je rajoute une petite chose, à priori, la bande du haut qui roulotte, c’est lié au point utilisé : j’ai vu hier dans un livre de chaussette cette technique pour faire des rayures bicolores, et ça roulotte aussi en haut.

    • 9
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 14 min | Permalien

      J’admire ! Les chaussettes au genou c’est un cadeau royal (j’ai eu la flemme là).
      Merci pour l’info.

  • 10
    13 janvier 2017 - 8 h 23 min | Permalien

    Et là je t’imagine par terre chez toi, les pieds en l’air, l’appareil d’une main, sous les yeux de ton fils éberlués :D
    J’espère qu’il sera content ton BT !

    • 11
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 14 min | Permalien

      Exactement ! Je vois qu’on se comprend.

  • 12
    mélanie
    14 janvier 2017 - 12 h 44 min | Permalien

    rien à voir avec les chaussettes, mais après plusieurs années à lire ton blog et à aimer tes articles, ça fait drôle d’entendre ta voix ! Et je me doutais bien que tu tricotais très vite vu ton rythme de production mais c’est quand même impressionnant à voir :)

    • 13
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 15 min | Permalien

      Merci beaucoup Mélanie ! Oui, la voix, ça me fait bizarre aussi….

  • 14
    Mag à l'eau
    15 janvier 2017 - 0 h 59 min | Permalien

    Pffff, ça me laisse sans voix…

    • 15
      saki
      18 janvier 2017 - 23 h 15 min | Permalien

      Quoi donc ?