Ah mais quelle robe !

Y’a pas à dire : régulièrement le magazine Burda (Bubu pour les intimes) sort de petites bombes. Genre cette robe.

Mais avant d’en causer en détail il faut que je vous parle de moi, ou plutôt de mon corps neuf mois après l’accouchement : et bein il a changé, le fourbe ! Ma balance est formelle, j’ai perdu tout le poids pris durant la grossesse, et pourtant je ne me reconnais plus. J’ai pris une taille de soutien-gorge et deux de bonnet, et surtout j’ai désormais une petite bouée moelleuse au niveau du ventre. Bref, ma silhouette à changé.

Voyons les choses du bon côté : ça veut dire que niveau ajustement des patrons je repars de zéro, tant qu’à faire en prenant de bonnes habitudes.

Ce qui m’amène à Bubu. Bubu dont je considère depuis des années que les patrons taillent grand et qu’il faut ab-so-lu-ment couper une taille de moins. Sauf qu’après en avoir causé avec d’autres couturières j’ai réalisé que ce n’était pas une erreur mais un choix délibéré lié à l’aisance désirée. Jusqu’à présent je cousais délibérément des fringues très (trop ?) ajustées, j’ai donc décidé de laisser une chance à l’ajustement Bubu et de couper exactement la taille correspondant à mes mesures, soit un 44.

Je n’avais pas le temps de faire une toile mais il n’était pas question d’assembler bille en tête, j’ai donc bâti scrupuleusement avant de monter le vêtement. Le bilan :

  • L’ajustement au niveau des hanches et jambes me convenait tel quel car ainsi, malgré une coupe nettement moins évasée que ce que j’aime d’habitude, ma très vilaine culotte de cheval est assez efficacement planquée.
  • En revanche j’ai repris le buste de partout afin de mieux mettre mes courbes en valeur et éviter que le tissu ne poche au niveau du dos. J’ai retiré de base un centimètre aux côtés et milieu dos, puis encore repris le dos au niveau de la cambrure et les côtés au niveau de la taille, plus encore un chouïa de rab’ sous les emmanchures.

 

Je me suis tout de même réfrénée et il reste une aisance agréable, qui de plus me permet d’enfiler et retirer cette robe sans avoir besoin de l’ouvrir (pas même l’encolure !). Aucun besoin de zip donc celui-ci a été viré manu militari. Le bilan « ajustement Bubu » est donc mitigé, il va me falloir coudre d’autres formes de vêtements en 44 afin de mieux cerner les modifications à apporter.

D’un point de vue technique, tout l’assemblage a été réalisé à la machine à coudre et en coutures anglaises, avec des ourlets ultra fins pour la jupe et les manches, et les bords de l’encolure gansés d’un biais maison. L’intérieur des manches étant visible c’est de loin la solution la plus esthétique à mon sens.

À la base il s’agit d’une robe de mariée, d’où la longueur exagérée et surtout la petite traine. Cela ne collait pas à ce que je recherchais (= une robe que porterait une femme de condition modeste pour le bal du 14 juillet 1936), j’ai donc viré la pièce de la traine sans modifier les découpes de la jupe, qui ont assez d’ampleur, et raccourci le tout au-dessus des chevilles. De plus j’ai cousu des ourlets au bas des manches au lieu de les ganser de biais, et comme j’assemblais en coutures anglaises je n’ai posé les deux biais sur la fente d’encolure qu’après avoir fini le montage.

Que dire de cette robe ? Ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de foudre : malgré le tissu volontairement ringard rétro et pas assez fluide (une popeline de coton chopée chez Tissu Passion à Bruxelles pour 5€ le mètre, soit 15€ en tout), la longueur au-dessus des chevilles qui ne sied guère à mes jambonneaux jolies gambettes et le fait que j’aie volontairement gâché le décolleté en ajoutant des boutons (pudeur de la demoiselle modeste de 1936 oblige), j’en suis complètement fan.

Tout me plaît :

  • Les plis et pinces qui structurent le buste et mettent carrément bien en valeur mes « généreux avantages ».
  • Les manches un peu fofolles, qui en tombant le long de mes gros biscoteaux les affinent un p’tit peu. Elles auraient gagné à être cousues dans un tissu très fluide… Ce sera pour la prochaine fois.
  • La petite ceinture qui vient marquer la taille et la met effectivement bien en valeur. Celle-ci a été modifiée pour coller avec la boucle vintage, cadeau de mon pote Loris qui est tombé sur tout un stock de boutons « etc » dans un vide-grenier et a aussitôt pensé à moi, Merci m’sieur !
  • La fente d’encolure qui descend très bas dans le décolleté. Je regrette d’avoir dû ajouter des boutons car l’effet faussement sage était canon, sexy sans être trop choquant.
  • Le côté délicieusement rétro.
  • Le fait de pouvoir l’enfiler en deux secondes, sans zip.
  • Je découvre à ma grande stupeur que, avec la bonne aisance, ce type de jupe plutôt droite au niveau des cuisses cache tout de même ma culotte de cheval, et ça m’ouvre d’excitantes nouvelles perspectives, yeah !
  • La grande simplicité de ce patron : ni doublure ni parementure, quelques pinces qui rendent l’ajustement très simple… Pour une fois il s’agit d’une robe qui ferait effectivement une magnifique tenue de mariage mais qui reste réalisable assez rapidement, ce même par un(e) débutant(e).
  • Dans le magazine elle est aussi proposée au-dessous du genou et avec d’autres manches (qui me plaisent moyennement, mais c’est toujours ça de gagné).
  • Monsieur Jones l’aime ! (Je ne couds pas pour lui, mais ça fait toujours plaisir quand ça arrive).

 

Le seul vrai souci à mon sens c’est qu’elle n’est pas simple à se procurer. Il s’agit ici du mag’ de mars 2008 (visible ici sur le site russe, et je n’arrive pas à comprendre si on peut l’y acheter ou non), or pour l’instant le site américain Burdastyle propose à la pièce en pdf un bon paquet de patrons publiés dans ce magazine…. mais seulement à partir de 2010. La seule solution est donc de mettre la main sur un exemplaire d’époque. On peut aussi croiser les doigts et submerger Burdastyle de demandes pour que ce patron soit à son tour vendu en pdf.

Notez tout de même que :

  • Je ne suis pas certaine de l’effet sur une poitrine menue, même dans la bonne taille, et avec les plis la forme est un brin plus complexe à adapter.
  • Mieux vaut mettre le zip (je suis une feignasse qui préfère zapper cette étape quand c’est possible, non parce que ça m’ennuie d’un point de vue technique mais parce que je trouve cela plus simple à enfiler/retirer).
  • Les manches « fofolles » rendent assez étrangement de profil quand on lève les bras. Je ne déteste pas mais ça ne plaira pas à tout le monde.
  • De plus il faut impérativement choisir un tissu dont l’envers est identique (ou quasi) à l’endroit, et monter au moins les manches avec des coutures anglaises.

On l’aura compris, je compte la coudre à nouveau, cette fois dans un tissu plus fluide et en version maxi-jupe (mais toujours sans traine). Puis en version aux genoux et surement en dessinant d’autres manches. En fait, si je devais me marier il y a même de fortes chances pour que mon choix se porte sur ce modèle, c’est dire l’enthousiasme délirant qui me submerge en ce moment.

Sur ce je file prendre mon train ma machine à remonter le temps, je vais ENFIN jouer ce gn « L’Eté 36″, que j’attends en frétillant depuis des mois. Mille mercis aux auteurs et orga !

 

27 Commentaires

  • 1
    sylvie
    3 juin 2016 - 18 h 01 min | Permalien

    Wouaou elle est superbe! J’ai bcp l’air rétro mais le coloris fait un peu tristoune à mon gout (et OMG tes chaussures sont une pure perfection je peux te demander quelle marque c’est?)

    • 2
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 07 min | Permalien

      Merci Sylvie. Pour les chaussures je vais te décevoir : je les ai chopées dans une friperie, et il s’agit de la marque la moins glamour du monde, à savoir Damart (j’ignorais qu’ils faisaient des chaussures d’ailleurs).

  • 3
    3 juin 2016 - 19 h 05 min | Permalien

    Tu es toute jolie une fois de plus mais cette longueur te va si bien !!!
    Cela devient rare une robe longue et avec cet imprimé… cela lui donne un air buccolique et aérien. Bravo

    • 4
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 08 min | Permalien

      Merci Alfafa, en fait c’est vrai que cette longueur ne va pas si mal, même si j’ai un gros faible pour les jupes au ras du sol.

  • 5
    3 juin 2016 - 19 h 28 min | Permalien

    Ce modèle est canon ! Il te va super bien , même avec la couleur un peu passé du tissus.
    Hâte de voir d’autres version de cette jolie robe :)

    • 6
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 09 min | Permalien

      Merci Nanacorvin, j’ai moi-même hâte d’avoir le temps de m’y mettre (arg).

  • 7
    4 juin 2016 - 8 h 37 min | Permalien

    Superbe, cette robe de bal rétro ! Je comprends ton enthousiasme.
    Amuse toi bien à ton jdr.

    • 8
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 09 min | Permalien

      Merci Nabel. C’était TOPISSIME !

  • 9
    4 juin 2016 - 9 h 21 min | Permalien

    Wahou!! Tu es canon!! Cette robe est juste magnifique et te sied comme un gant!! Et puis j’aime beaucoup ce tissu! Une vraie réussite tu as raison :-)

    • 10
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 09 min | Permalien

      Merci amiga mia, je suis contente qu’elle te plaise.

  • 11
    5 juin 2016 - 13 h 06 min | Permalien

    Ravissante !!! Hâte de voir ta prochaine version (plus moderne et plus décolletée donc ;) )

    • 12
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 10 min | Permalien

      Merci Manowen. Il va falloir que je parte en quête du tissu-qui-va-bien….

  • 13
    5 juin 2016 - 13 h 56 min | Permalien

    Jolie réussite!
    Bises

    • 14
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 10 min | Permalien

      Merci MademoiselleKR.

  • 15
    Cilou6
    6 juin 2016 - 18 h 52 min | Permalien

    Ben tu vois, ta réflexion sur Bubu qui taille grand et l’aisance de « ouf » qu’ils mettent dans leurs modèles (mais qui bizarrement n’est pas toujours visible sur les vêtements présentés dans le magazine) me conforte dans l’idée que la bonne aisance est celle d’un vêtement de même nature (tricot/tissé) qui te plais, et pas celle décidée arbitrairement par un designer. On n’aime pas la même aisance à ans qu’à ans, après BB qu’avant, est… donc, depuis que j’ai découvert ça je ne me fie plus qu’aux mesures de vêtements finis (qui malheureusement ne sont pas indiqués sur les magazines Bubu, ou alors j’ai pas vu où)…et si je n’ai pas de vêtement qui me plait, je vais essayer dans les boutiques et si quelque chose me plait (j’aime l’encolure/l’aisance/la longueur de manche/etc) je mesure et choisis la taille à couper à partir de là.
    Bien joué sur ta robe qui colle au thème à mon avis.
    Bisouxxx
    Cilou

    • 16
      Cilou6
      6 juin 2016 - 18 h 53 min | Permalien

      * à 20 ans qu’à 60 ans (mon clavier numérique était débranche et je n’ai pas relu…)

    • 17
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 12 min | Permalien

      Exactement Cilou, on en revient toujours là. Pour l’aisance non visible dans les photos du magazine, je suppute des ajustement de voyou à l’aide d’épingles et des poses alambiquées pour « tirer » le vêtement quand c’est nécessaire.

  • 18
    7 juin 2016 - 8 h 13 min | Permalien

    La robe de mariée est magnifique mais la robe cousue est géniale !
    J’espère que le bal de 1936 était à la hauteur de cette bombe !
    Quant au décolleté, même avec les boutons, il n’est pas si sage ! /* Sexy caché ! */

    • 19
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 13 min | Permalien

      Merci beaucoup Cyqlaf. En effet le fente descend bien bas dans le décolleté, avec mes boobs d’allaitement ça donne un effet vavavoum.

  • 20
    Mapie
    7 juin 2016 - 11 h 37 min | Permalien

    Ben écoute elle très belle cette robe. Tu as du faire sensation au bal de monsieur le maire. Bon l’imprimé et les boutons la rendent un peu trop sage à mon gout, mais dans un tissu un chouilla plus fluide, sans bouton au décolleté, et avec un peu de couleur elle sera super jolie. Tes bras ne font pas gros du tout dedans.
    Je peux me tromper, mais elle sera un peu plus dynamique en courte selon moi. Tu nous montreras?

    • 21
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 14 min | Permalien

      Merci Mapie, et oui, je pense comme toi qu’elle sera plus fun en version courte, quoique j’ai trrrrrès envie d’une version longue. Je suis donc OBLIGEE de coudre les deux.

  • 22
    Pirojka
    7 juin 2016 - 19 h 50 min | Permalien

    Bonjour ! Je viens d’aller faire un tour sur le Burda russe par curiosité : ils vendent les magazines en version électronique MAIS sans les patrons, qui eux sont vendus à l’unité (entre 150/200 roubles -10/15 euros- d’après ce qu’en j’en ai vu). Ceux de mars 2008 ne sont plus disponibles à la vente (mais ceux de 2011-2016 si, peut-être que seuls les plus récents subsistent…)
    Très belle robe, je suis sûre qu’elle va / a du faire sensation au bal du 14 juillet ! Bonne soirée

    • 23
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 15 min | Permalien

      Merci beaucoup Pirojka ! Quelle veinarde tu es de lire le russe, c’est une très belle langue.

  • 24
    Delphine
    7 juin 2016 - 23 h 25 min | Permalien

    Coucou! Ohlàlà ce qu’elle est belle…J’adore! Figure-toi que j’ai ce magazine…Acheté à mes débuts en couture…J’avais craqué sur la seconde version de la robe (encore jamais réalisée…Je n’ai jamais réalisé que cette robe de mariée était le même patron que la seconde version! ) et aussi comme j’étais hyper débutante je pensais réaliser le truc à manche à nouer dans le tissu manga improbable que j’ai fini par donner lors de la trocante! Enfin bref à l’époque je n’avais pas osé me lancer. Et a l’heure actuelle je n’aurais pas osé faire un modèle si cintré au niveau taille. Mais ta version est super convaincante! Je vais peut-être un jour la faire…Je suis aussi en train de plancher ‘robe longue’ avec volants, pour le mariage de mon frère en août…J’ai deux modèles qui pourraient convenir en vue, 2010 et 2015, aussi Burda…On verra ce que ça donne. Et sinon, j’espère que tu t’es éclatée lors du GN! :)

    • 25
      saki
      8 juin 2016 - 10 h 17 min | Permalien

      Bonjour Delphine, c’est extra ça, tu vas pouvoir t’amuser. Je suis contente de t’avoir fait reconsidérer ce patron.
      Et oui, mille fois oui, je me suis « éclatée » lors de ce gn. J’ai pleuré, frémis, vécu des scènes complètement dingues avec des joueurs de talents…. Un vrai régal.

  • 26
    9 juin 2016 - 15 h 02 min | Permalien

    Je trouve que tu la portes magnifiquement bien ! Très jolie :-)

    • 27
      saki
      18 juin 2016 - 14 h 22 min | Permalien

      C’est vraiment gentil, merci Fanny.