Soquettes et tawashi

Je n’ai pas pu résister….

Il FALLAIT que je me tricote une paire de soquettes à rayures changeantes, mais cette fois en combinant deux fils de coloris différents, quoique copains comme les doigts de la main. On ne le dirait pas en voyant cette paire mais il s’agit bien des deux mêmes pelotes de fil à chaussettes Delight de Drops, coloris mauve/vert-14 et turquoise/violet-09.

Le patron, encore et toujours, est celui de Noro stripey socks de Faith. Gratos, en english, canon. Je les ai juste raccourcies en tricotant uniquement 4 rangs en jersey entre la bordure et le talon. Aiguilles 2.25mm, 64 mailles montées de façon élastique, côtes 1/1…. Pour plus d’info n’hésitez pas à aller jeter un œil à ma première version de ce chouette patron.

Je les SURKIFFE ! Oui. Même si les hasards des changements de couleur font qu’elles sont très différentes. Comme en prime je n’ai utilisé que la moitié de chaque pelote il me reste de quoi en tricoter une autre paire qui sera surement tout aussi dissemblable, je pourrai m’amuser à les mélanger.

Le fil n’est pas désagréable à travailler une fois que l’on s’est habitué à son aspect irrégulier et presque feutré, mais aux pieds elles picotent un chouïa je trouve. Rien de grave mais si vous êtes sensibles n’utilisez surtout pas ce fil pour tricoter un châle.

 

Mmmmmmmmais ce n’est pas tout : je vais vous causer japonais pour changer.

En fait non, je ne cause pas un mot de japonais et en vrai je m’appelle Amélie, pas Sakiko. Un tawashi, j’ignorais ce que c’était jusqu’à ce que ces drôles de bestioles commencent à envahir Ravelry. Il s’agit d’un objet permettant de frotter (la vaisselle, la peau pour exfolier….), comme une éponge. Sauf que les tawashi tricotés/crochetés ont le gros avantages d’être plus écolo car ils se lavent en machine et durent longtemps.

Pour un séchage rapide et éviter la prolifération des bactéries, mieux vaut utiliser de l’acrylique. Pas du tout écolo en théorie, mais j’ai utilisé ici une pelote récupérée lors d’une trocante, et il suffit de peu de fil donc c’est un super projet pour finir les restes.

Il paraît que le plus efficace est de tricoter en double un fil acrylique avec une bande de tulle, pour un rendu plus abrasif mais tout de même doux pour la peau…. N’ayant pas de tulle sous la main et pas l’intention d’en acheter exprès, j’attendrai de trouver un moyen d’en récupérer d’occasion pour tester la chose. J’ai aussi vu passer quelques réalisations en coton, voire réalisées avec des bandes de t-shirt découpé. Ça me semble une très mauvaise idée car le coton n’évacue pas bien l’humidité, d’où un temps de séchage plus long et tous les inconvénients qui l’accompagnent.

Ce tawashi fait environ 2/3 d’une éponge de cuisine normale, et se câle agréablement dans le creux de ma mimine.

Après avoir zieuter quelques patrons et réalisations, j’ai opté pour un mélange perso, au tricot car je n’aime pas crocheter :

  1. Pour la forme, j’ai utilisé le patron d’hexipuff initialement destiné à la couverture Beekeeper’s quilt de Tiny Owl Knits (sympa, mais plus de 6€ pour un patron en réalité si simple, c’est un chouïa exagéré à mon avis, j’dis ça j’dis rien).
  2. Il se tricote en rond après un montage équivalent à celui des chaussettes toe-up, normalement avec des doubles pointes mais c’est très bien passé en magic loop avec mes aiguilles circulaires 3.5 mm.
  3. Après un premier essai dont la maille ne se tenait pas assez à mon goût et qui laissait voir le rembourrage (le plus petit des trois), j’ai préféré tricoter en double, toujours avec les aiguilles 3.5 mm : résultat serré assuré, même si c’est plus fatiguant pour les mains.
  4. Chaînette crochetée pour pouvoir les faire sécher en hauteur.
  5. Rembourrage avec un sac plastique (ça permet de faire baisser le stock qui encombre la cuisine de ma mère) : le tawashi est plus agréable à tenir en main ainsi. Les versions plates ne me disaient rien.
  6. Pas de couture, après rembourrage j’ai refermé le tawashi en grafting plutôt qu’avec un rabattage aiguilles/crochet comme indiqué dans le patron.
  7. Pour un rendu en relief pour mieux « gratter », j’ai tricoté un rang sur deux avec un point fantaisie simple : faire un jeté, tricoter deux mailles (pas ensemble, juste les tricoter à la suite), rabattre le jeté par dessus ces deux mailles, recommencer jusqu’à la fin du rang.
    Pour les deux premiers essais j’ai utilisé ce point sur l’endroit, puis réalisé que l’envers était encore plus texturé, cf la photo ci-dessus.

 

Je suis très satisfaite du rendu et c’est tellement fastoche et rapide à tricoter que je compte bien m’en faire de toutes les couleurs…. Mes tawashis tiendront-ils le coup ? Met-on un S au pluriel de tawashi ? Monsieur Jones me fera-t-il enfermer quand il apprendra que j’ai cessé d’acheter des éponges ?

Surtout ne ratez pas la suite de Vaisselle, gloire et beauté


8 Commentaires

  • 1
    Mist
    27 mai 2016 - 17 h 18 min | Permalien

    Les tawashis me laissent un peu perplexe, est-ce que c’est bien hygiénique? (question amusante quand on sait que je ne suis pas du tout du tout maniaque, mais que ma seule obsession pour la propreté me pousse à jeter les éponges dés qu’elles sentent un peu -j’aime pas les éponges sales)
    Et sinon ces chaussettes sont super chouettes (les précédentes aussi). J’adore la surprise des rayures!

    • 2
      saki
      31 mai 2016 - 12 h 23 min | Permalien

      Hello Mist. En fait ça me semble pour l’instant plus hygiénique que mes anciennes éponge : le fait de les accrocher fait qu’ils (elles ?) sèchent assez vite, aucune mauvaise odeur pour l’instant, et direction la machine à laver dès que nécessaire.
      Il va falloir voir ça sur le long terme pour être sûre évidemment.

  • 3
    soffie
    27 mai 2016 - 20 h 20 min | Permalien

    ah tiens, ça rejoint une de mes interrogations… En dehors de France (en Belgique je ne me souviens plus), je ne trouve pas le même type d’éponge mais des éponges « mousse », et du coup je me demande si les éponges « françaises » sont bien hygiéniques. Comme Mist j’en utilise beaucoup. Je les passe au micro ondes, mais je ne sais pas si ça fonctionne bien.
    et le fil acrylique mouillé, c’est pas trop désagréable au toucher ? Je vais suivre le feuilleton attentivement.
    Super les chaussettes ! ça doit être plus motivant de faire la deuxième quand elle est un peu différente…

    • 4
      saki
      31 mai 2016 - 12 h 25 min | Permalien

      Bonjour Soffie, en Belgique je trouve les deux (les éponges auxquelles j’étais habituée en France, et les « mousse » que je déteste car elles s’abiment vraiment trop vite). Je ne pense pas que l’une soit plus hygiénique que l’autre.

      Comme je trouve désagréable le contact des éponges mouillées, le fil acrylique ne me gène pas plus que ça, ça dépend de chacun(e) je suppose.

  • 5
    31 mai 2016 - 10 h 43 min | Permalien

    Super les chaussettes qui grattent :) !
    Moi j’ai tenté le tawashi en tiche et OUI, ça met des jours à sécher ! /* Donc je ne sais pas si c’est LA bonne idée ! */
    Faut que je tente en acrylique donc. Mais pas tout plat. Bref, je vais suivre le feuilleton aussi !

    • 6
      saki
      31 mai 2016 - 12 h 26 min | Permalien

      Merci Cyqlaf, heureusement après quelques minutes je ne les sens plus du tout, comme quoi….

  • 7
    Hermine Bleue
    1 juin 2016 - 10 h 27 min | Permalien

    bonjour,
    pour les chaussettes qui grattent, non merci ! je les trouve très belles, là n’est pas la question ! tant qu’elles sont sur les pieds des autres (c’est d’ailleurs là qu’on les voient le mieux;))
    pour les tawashi, j’ai fais des carrés de coton de 30×30 environ avec un point un peu texturé, plus pour essuyer que pour remplacer l’éponge. (façon « lavette »).
    une idée éco pour toi : à la place du tulle, tu peux tricoter avec ton fil des lambeaux de filet plastique (emballage des lentilles, poids secs et autres haricots) et il faudrait essayer le bourrage à base de filet à pomme de terre ! avec ça : on va bientôt arriver au 0 déchet !!!!

    • 8
      saki
      1 juin 2016 - 12 h 20 min | Permalien

      Hou ! Quelle idée de génie, merci Hermine Bleue. Je viens justement de récupérer un filet plastique plein de citrons, il va être découpé fissa.