Les chaussettes de ski #2 : pas si mal

Cela se voit que ces chaussettes ne sont pas du tout à ma taille ?

Je chausse du 37 1/2 et me v’la en train de vous présenter du 43 fillette faute de pieds adéquats sous la main. Qu’importe, l’important ici n’est pas tant le résultat que les choix techniques (il va falloir que leur nouveau proprio les porte pour skier pour savoir ce que ça donne vraiment).

Pour ma version test j’avais été plutôt convaincue par la technique des Fish lips kiss heel de Sox Therapist, en grande partie parce qu’elle présente l’avantage non-négligeable de ne pas avoir à faire un striptease panardesque pour vérifier l’avancer du boulot. Las, cette fois je suis toute dubitativée faute de les avoir vues portées par Wonder-Beau-Frère : le talon me semble trop pointu, le pied trop serré, enfin en ce qui concerne ce dernier point sur moi c’est parfait mais même s’il est du genre fin il y a des chances pour qu’il ait le pied plus large que moi…. C’est peu de dire que j’ai hâte qu’il les essaie.

En revanche le point choisi me ravi, même si ce tricot m’a semblé long comme un jour sans pain et à peu près aussi passionnant qu’une chanson de Justin Bieber. En effet je voulais quelque chose de fin mais avec une épaisseur confortable offrant en prime une bonne résistance à la friction. C’est Iseult qui m’a offert la solution sur un plateau via le forum de T&N : le twined knitting c’est topissime morbleu !

Il s’agit de tricoter n’importe quel point -jersey, mousse, côtes etc- mais en utilisant deux fils en simultané (mais pas tricoté ensemble !), l’un pour les mailles paires et l’autre pour les impaires. Le fil non utilisé est passé sur l’arrière du travail ce qui donne une double épaisseur sans que l’aspect extérieur ne s’en ressente, mis à part le fait qu’il y a davantage de tension ce qui resserre la maille.

Image de prévisualisation YouTube

Dans la vidéo ci-dessus (dans laquelle je prononce « twisted » telle la reine des nouilles, mais c’est la plaie de se filmer seule en train de tricoter donc vous devrez vous en contenter) je montre comment je m’y suis prise pour tricoter deux fils à la fois tout en conservant une vitesse correcte. Le tricot « continental » a ma préférence mais j’ai appris à tricoter « à la portugaise » lors de mes problèmes de tendinite, ça m’a bien rendu service pour l’occasion ! Si vous voulez essayer je vous conseille de tricoter d’abord un projet à la portugaise avant d’essayer de mixer les deux techniques.

Important : j’ai oublié de le préciser dans cette vidéo mais pour avoir un beau rendu il est essentiel de toujours tricoter les mailles paires avec le même fil, idem pour les impaires et le second fil. Sans quoi vous n’aurez pas ce bel effet « côtes » que l’on voit sur les pieds.

Tout allait bien tant que je tricotais en jersey endroit, et bam, dérapage dans les gravillons : j’ai bêtement décidé de passer très rapidement en côtes 1/1 au dessus de la cheville, ce afin de gagner en élasticité au niveau des mollets. Ce qui est couillon puisque après vérification les deux points ont quasiment la même élasticité alors que les côtes sont très moyennement esthétiques (surtout au niveau des augmentations) et nettement plus casse-pieds à tricoter. En effet en « continental » le point le moins agréable est l’envers et « à la portugaise » c’est l’endroit… et malheureusement pour avoir un bon résultat j’ai du bosser ainsi, au lieu de me la couler douce en bossant endroit en « continental » et envers  « à la portugaise ». C’est ballot.

La bande du haut en côtes 1/1 bicolores est en revanche très jolie, manque de bol cela roulotte, j’ignore si c’est à cause de la technique de rabattage choisie pour son élasticité, ze famous Jeny’s surprinsingly stretchy bind off. Pourtant jusqu’à présent celle-ci ne m’avait encore jamais fait défaut…

Le choix du fil aussi avait son importance : celui-ci devait être chaud, respirant, doux, assez fin, passer en machine et être disponible dans un bel orange. Rien que ça. C’est encore une fois chez Drops que j’ai trouvé mon bonheur avec la qualité Baby Merino. 3 pelotes d’orange (uni 36) et quelques grammes de bleu électrique (uni 33) y sont passés, le tout bossé en circulaire avec mes toutes nouvelles aiguilles circulaires 3mm HiyaHiya qui sont pour l’instant aussi agréable qu’on me l’avait promis, vive le câble qui tourne !

Vivement mars qu’elles aient droit à leur baptême de la poudreuse ! Je mettrai à jour cet article, croisons les doigts pour que ce ne soit pas une cuisante défaite.

 

Se (re)mettre au tricot #1

Il y a quelques semaines j’ai eu le grand plaisir de faire partie des intervenants de la Convention du Costume 2016.

Hélas, trois fois hélas : 1 heure pour expliquer en quoi tricoter/crocheter peut être un vrai plus quand on aime fabriquer et porter des costumes + donner les conseils indispensables pour s’y (re)mettre, c’est court. Surtout quand, pour des raisons pratiques, l’heure est coupée de moitié. Idem pour mon intervention visant à expliquer les bases de la dentelle tricotée.

Voici donc un « résumé » (hum…. en deux ou trois articles quand même) de ce qui a été dit, de ce qui aurait été précisé si j’avais eu plus de temps, ainsi qu’un grrrrrrrros paquet de liens car si je devais tout expliquer moi-même j’en aurais pour des semaines à tout rédiger alors qu’on trouve en ligne toutes les explications nécessaires. Après ça vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas passer vous-z-aussi du côté obscur de la laine.

Aujourd’hui on attaque avec des modèles d’inspirations, une rapide présentation du tricot, du crochet et du crochet tunisien ainsi que des conseils pour s’équiper. Les prochaines fois je vous causerai choix du fil, choix des patrons, mode d’emploi du site Ravelry, tricot bilingue, techniques avec liens vers des vidéos puis spécificités de la dentelle.

Mais d’abord : en quoi est-ce que le tricot peut améliorer un costume ? lire la suite »

Galerie photo 2017

Qui dit nouvelle année dit nouvelle galerie photo.

Comme0 d’hab’ il suffit de cliquer sur une photo pour arriver sur l’article concerné. Et si vous avez envie de vous balader voici les liens vers les galeries 2010/11/12, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Couture

 

Tricot


 

Lorelei pour Noël

Hé, ça fait un bail non ?

Entre le rush des fêtes et un souci de connexion qui s’est éternisé, j’ai déserté les lieux. But I’m back baby ! Avec un sac que j’ai cousu trois fois, pour Frangine-Bien-Aimée, Maman Jones et Wonder-Belle-mère. Hélas, trois fois hélas, je n’ai eu le temps d’immortaliser que le dernier.

Que-Quoi-Qu’est-ce ?

Le Lorelei bag de la marque I Think Sew, uniquement disponible en PDF et en anglais mais avec beaucoup de photos explicatives.

C’est un patron simple mais avec de très chouettes détails qui le rendent légèrement plus long à réaliser que d’autres cabas doublés mais valent le coup (ce n’était pas bien long non plus, disons 2h30 en comptant le temps passé à scotcher le patron et en repassant soigneusement tout du long).

Découpes bien pensées, poches zippées, larges poches simples à l’intérieur, déco appliquée sur la poche zippée et sangles assorties…. En plus d’être assez classe (enfin je trouve), la bête est grande et devrait être pratique à utilisée.

Pour donner une bonne tenue sans effet cartonné, j’ai utilisé un entoilage assez rigide appliqué sur la doublure au lieu du tissu principal, ainsi il devrait garder sa forme même bien rempli. Bon, évidemment si Wonder-Belle-Mère décide d’y glisser l’intégrale de Dumas en livres de poche ce n’est pas la même histoire, mais vous voyez l’idée.

Seul regret : il n’a pas de fermeture à glissière, juste un bouton pression aimantée qui ne sera pas super utile en cas de rencontre avec un pickpocket. Au passage j’ignorais qu’il existait des boutons aimantés à coudre, ce truc est plutôt sympa : moins cher que son équivalent à clipser mais donnant tout de même un rendu soigné. Mais la version clipsable me semble plus solide dans le temps.

Le tissu London Map a été dégotté sur un marché aux tissus à 8€ le mètre, contre 25 dans la boutique du Chien Vert, autant dire que je suis contente de l’avoir raflé. Le faux cuir rouge vient de mon stock, quand au tissu à carreaux verts je l’ai récupéré lors d’une trocante bruxelloise, merci Tassadit.

Il me reste de quoi me coudre égoïstement un p’tit quelque chose en réutilisant ce trio gagnant, probablement une trousse pour mes aiguilles à tricoter circulaires. Joie !

Sur ce je vous souhaite à tous et toutes une année pleine de découvertes, de défis et de rigolades entre gens de bonne compagnie.