Fun wedding #1

« Osez la couleur ! »

Hahaha, voila la plus motivante des invitations à un mariage. Pour la tenue de base, qui sera portée ainsi lors de la cérémonie, j’ai opté pour une jupe tulipe en wax assagie par un top en crêpe noir.

La jupe vient du Bubu de décembre 2011. Elle est à la fois simple et amusante à coudre. Certes, ce patron aurait mérité un tissu un peu plus fluide, mais je suis tout de même contente du résultat. Petit regret : que la ceinture ne soit pas plus courbée. La découpe vaut à peine mieux qu’un rectangle.

Comme je ne suis pas dingue de mes dignes guiboles j’ai conservé la longueur, si les vôtres sont du genre canon ça vaut le coup raccourcir un peu le tout.

Le top est le patron 45 du mag’ Tendance Couture n°20, j’ai dû l’agrandir puisqu’il me fallait la taille 42. Très simple, trop : la coupe générale est un sac… Ça passe rentré dans une jupe à taille haute ceinturé mais je ne sais pas si je vais le porter des masses.

Bon, maintenant passons à la seconde partie de cette tenue : une sur-jupe fofolle à souhait pour danser jusqu’au bout de la nuit.


Amelia

Ce châle, baptisé Amélia, me faisait de l’oeil depuis un moment.

Ça va être difficile de l’envoyer à ma pote Aloïne, heureusement grâce à mon amie Astrid la douleur ne sera que passagère puisqu’elle vient de m’offrir de quoi le réaliser en noir, pour ma pomme cette fois, joie ! Si je suis aussi enthousiaste c’est parce que sa forme particulière le rend aussi facile à porter en châle romantique que noué autour du cou et des épaules.

Il vous plaît mais vous débutez ? Ça tombe bien : Audrey Collete a créé un modèle joli et fastoche. Long comme un jour sans pain à tricoter…. mais fastoche. La dentelle ne se tricote que sur l’endroit et est très simple à mémoriser, comme la construction d’ailleurs. Bonus : le patron existe en français et en anglais.

Le fil choisi est par-fait. J’ai opté pour le Baby Merino de chez Drops pour sa grande douceur, le fait qu’il se lave en machine à 30° n’est pas mal non plus.

Il aura fallu un peu plus de 5 pelotes tricotée en 4.5mm pour obtenir ce résultat, mais ce fut chaud : je n’en avais prévu que 5, voyant que j’allais tomber en rade 10 rangs avant la fin des côtes j’ai commencé à rabattre, le rabattage étant trrrrès gourmand je suis tombée en rade tout de même…. Heureusement qu’il me restait dans un coin un peloton du même fil, que j’avais utilisé pour mon pull foireux.

À propos du rabattage justement, j’ai préféré ne pas suivre le patron car, après un essai, les picots ne me plaisaient pas, ils étaient trop irréguliers. Pour un effet de vaguelette moins marqué j’ai opté pour cette technique : (tout est tricoté endroit)

tricoter 2 mailles | tourner l’ouvrage (= envers) tricoter à nouveau ces 2 mailles | tourner à nouveau (= endroit) tricoter encore ces 2 mailles | rabattre 1 maille | tricoter 1 maille (il y a à nouveau 2 mailles sur l’aiguille droite). Recommencer jusqu’à ce qu’il ne reste que 2 mailles et les rabattre.

 

Prochains projets : un manteau pour Léozilla, des robes pour moi, des pyjamas et robes pour Frangine Bien Aimée, le cadeau de noël incroyablement en retard de Wonder Belle-Soeur…

Quelqu’un sait où je pourrais acheter un « retourneur de temps » à prix compétitif ?


Ma L.R.N

Vous attendiez impatiemment une Petite Robe Noire ? Moi aussi.

Mais voila, le besoin surpasse l’envie, et j’avais besoin d’une longue robe noire à taille empire pour un gn historique. Ce patron n’est pas histo, le tissu est synthétique et ça se voit de près… Qu’importe car cette fois je ne serai pas joueuse mais photographe, les organisateurs m’ont donc simplement demandé de porter une robe longue et sobre ayant un look vaguement histo.

Grâce à Slania j’ai pu mettre la main sur le mag’ Burda de décembre 2014, que j’avais lamentablement laissé passer sans l’acheter. Cette robe, la #127 B, me faisait déjà de l’œil à l’époque. Dans sa version mi-longue et rouge est elle à croquer non ?

J’avais deux critères pour ce projet : que ça aille vite en coûtant le moins cher possible. J’ai donc choppé chez Tissu Passion un tissu cheap dont le tombé est tout de même fluide et assez sympa. Pas de poches, même pas de fermeture à glissière (j’arrive tout juste à l’enfiler et l’enlever ainsi)… Mon seul regret c’est d’avoir zappé l’étape de couture du haut du pli avant, qui m’aurait moins donné l’impression d’être enceinte.

C’était l’occasion de tester la bête pour une éventuelle future réalisation plus… urbaine. Je ne suis pas fan des manches trompette, surtout qu’à cause de la composition du tissu l’électricité statique colle le surplus à ce niveau, mais dans l’ensemble elle me botte bien.

Une prochaine fois il faudra que je prolonge un peu le corsage afin de laisser plus de place à mes généreux boobs, là ils tiennent en largeur mais la partie empire commence quasiment à mi-boobs, ce qui n’est guère confortable. Surtout que la très large encolure ne me permet pas de porter mes habituels soutifs à bretelles, je dois donc switcher pour la version sans bretelle qui ne tient pas merveilleusement en place.

Ah oui, une prochaine fois il faudra que je la repasse aussi. Feignasse que je suis….


Délicatesse

Ces mitaines poids plume sont destinées à un costume historique.

J’espère récupérer un jour de meilleures photos, en attendant voici ce que donnent moins de 20 gr de fil Lace de Drops tricotés avec des aiguilles circulaires 3 mm. Le mélange 70% d’alpaga et 30% de soie de murier est un délice. Avec le reste de cet écheveau je vais sans doute me tricoter une seconde paire, pour moi cette fois, et avec des aiguilles 2mm pour obtenir une matière plus serrée.

J’ai écris le patron pour l’occasion, en me basant sur des photos de mitaines d’époque. Ce n’est pas parfait car les modèles étaient crochetés, mais le rendu est tout de même très joli et, je pense, dans l’esprit de l’époque.

Bonne nuit, si le Grand Gastéropode Céleste le veut, demain j’arriverai enfin à photographier ma nouvelle robe.